L’anatomie des pectoraux

by Damien Cuba

La région pectorale est située sur la paroi antérieure du thorax. Elle relie les parois frontales de la poitrine aux os et articulations du bras ainsi que de l’épaule. Cette partie du corps humain compte deux muscles de chaque côté du sternum (os de la poitrine) : le grand pectoral et le petit pectoral.

Si vous avez envie de travailler vos pectoraux plus sérieusement, comprendre le fonctionnement de ces derniers vous aidera à optimiser votre rendement.

Le grand pectoral

C’est le plus volumineux des muscles de la poitrine, mais aussi le plus superficiel. Chez l’homme, il est recouvert par la couche profonde du fascia, du tissu sous-cutané et de la peau adjacente. Chez la femme, il est recouvert par le sein. En forme d’éventail, ce muscle jumelé prend naissance au niveau de la clavicule, du sternum, des côtes (6 et 7) et d’une extension tendineuse du muscle oblique externe de l’abdomen.

 Le grand pectoral s’étend sur la partie supérieure de la poitrine et s’attache à une crête située à l’arrière de l’humérus (l’os de la partie supérieure du bras). Puisque son origine est large, on le divise en trois parties : partie claviculaire, partie sterno-costale et partie abdominale. Ces dernières convergent latéralement et s’insèrent sur la grande tubérosité de l’humérus.

La portion claviculaire du grand pectoral est constituée de fibres musculaires presque parallèles au deltoïde antérieur. Celles de la partie sterno-costale sont horizontales tandis que les plus basses sont dans le même sens que l’oblique externe. 

Les principales actions du pectoral supérieur sont l’adduction ou dépression du bras (en opposition avec l’action du muscle deltoïde) et la rotation interne du bras vers l’avant autour de l’axe du corps. Agissant indépendamment, la partie claviculaire aide à fléchir le bras tendu jusqu’à 90 °.

Lorsque les bras levés sont fixés comme pour faire de l’escalade, le grand pectoral (partie sterno-costale) aide les latissimus dorsi et teres major à tirer le tronc vers le haut. La surface profonde du muscle recouvre le petit pectoral et le serratus anterior ainsi que la face antérieure des six côtes supérieures. 

La dépression triangulaire entre le muscle grand pectoral, le muscle deltoïde et la clavicule est appelée fosse infraclaviculaire (fosse de Mohrenheim). Elle sert de repère important dans les procédures chirurgicales sur l’artère sous-clavière.

Le petit pectoral

Le petit pectoral se trouve sous homologue plus grand. Il naît des côtes moyennes (3e et 5e) et s’attache à l’omoplate. Le muscle s’étend de façon supéro-externe pour former un tendon plat qui s’insère dans le bord médial et le processus coracoïde de l’omoplate. Il stabilise donc l’omoplate en l’attirant antéro-inférieurement (vers l’avant et le bas) contre la paroi thoracique. 

Avec les autres muscles de la région, il produit divers mouvements de l’omoplate et peut être utilisé comme muscle accessoire de la respiration. En raison de son faible volume, il contribue peu au développement de la masse musculaire pectorale. Cependant, il est très important pour la prévention d’accidents lors de votre entraînement.

Développer votre poitrine

Les mouvements les plus efficaces pour renforcer et avoir de la masse dans cette région impliquent les dips, les développés couchés, les press-up et autres exercices à la barre. Une combinaison d’exercices d’isolation et composés est recommandée pour gagner en masse musculaire.

Dans le même thème (soeur):

L'anatomie des Mollets

L'anatomie des Cuisses

L'anatomie des Fessiers

L'anatomie des abdos

L'anatomie des Triceps

L'anatomie des Biceps

L'anatomie des deltoïdes

L'anatomie du dos

L'anatomie Globale

L'anatomie des pectoraux