Musculation après 40 ans

par Equipe Musculation.com

Pratiquer la musculation après 40 ans

Il n’est pas toujours facile de garder le rythme physiquement quand vous vous mettez au sport parce que nous ne sommes pas toujours disponibles au quotidien pour nos séances. Il se peut que pour une raison, vous soyez obligé de faire une pause et qu’après vous souhaitiez reprendre vos séances pour continuer à vous maintenir en forme.

Attention, cet arrêt n’est malheureusement pas idéal pour votre corps et ce dernier aura besoin de se remettre en condition progressivement, que vous ayez été un sportif de haut niveau ou non.

Il faut savoir que trois semaines d’interruptions d’activités physiques entraînent deux mois de réadaptation avant de pouvoir retrouver votre ancien niveau.

Alors, imaginez un peu si vous vous êtes arrêté depuis vingt ans ou plus ! Votre corps sera dans un état si délabré qu’il ne sera pas possible de le voir reprendre instantanément un programme physique sans risque de le détruire ou de laisser des séquelles de façon permanente.

Repartir de zéro

Généralement quand vous êtes dans une salle d’attente d’un médecin du sport, vous pouvez rencontrer 2 catégories de sportifs de 40 ans.

Le premier est celui qui n’a jamais cessé de pratiquer tout au long de ces années de vie et comme il a un corps entraîné, il n’y a pas trop de risques pour lui sauf si ce n’est de bien le conseiller sur l’adaptation de son entraînement par rapport à ses ambitions vu que les capacités physiques de son corps diminuent.

Le deuxième dans la catégorie est le plus fréquent : le sportif tardif, celui qui s’est enfin décidé après des dizaines d’années sans aucune préparation physique. Mais là encore, nous pouvons distinguer deux cas bien différents.

Le premier cas est celui qui n’a jamais pratiqué de sport de sa vie. Arrivé à la quarantaine, il se préoccupe de son corps, car il commence à avoir du temps libre et pense qu’il devrait peut-être commencer à l’utiliser à bon escient. Mais avant d’entamer quelque chose à cet âge, il est indispensable de lui faire une évaluation cardiovasculaire, car c’est en général ce qui représente un gros facteur de risque. Après cela et en fonction du résultat de cette évaluation, il faudra ensuite lui proposer un programme d’entraînement d’endurance tel que l’aérobie, les activités en liberté d’oxygène, les séances sans essoufflement intense comme le ski de fond, la marche rapide, la natation, la course à pied, etc. Ce sportif même tardif sera généralement très coopératif et suit scrupuleusement les consignes, car il n’est pas esclave du chronomètre.

Le deuxième cas est le sportif qui a été pratiquant au moins jusqu'à ses 20 ans puis a dû arrêter et maintenant souhaite reprendre. Ce genre de personnes présente un risque important, car ils sont généralement esclaves du temps, ils souhaitent rapidement reprendre du poil de la bête. Malheureusement pour eux, leurs capacités physiques ne sont plus ce qu’elles étaient et les effets de leurs anciens programmes d’entraînement ont disparu. Pour les conseiller dans ce nouveau projet, il faut impérativement un programme régulier et progressif pour ne pas trop brusquer leur organisme. 

L’état des lieux

Avant de commencer à reprendre la conquête de votre corps, il est vital de faire un état des lieux. À ce stade, il existe beaucoup de risques liés à la sédentarité qui pèsent sur vous tels que le mauvais cholestérol, l’hypertension artérielle, l’overdose du tabac ou de l’alcool, l’excédent de poids, etc.

Pour que le programme d’entraînement à suivre vous soit bénéfique en matière de santé et de condition physique, mais non pas un accélérateur d’une insuffisance physiologique, il vous faudra prendre en compte ces risques et les éradiquer.

Si vous ne trichez pas avec votre conscience, vous serez capable de constater que ces risques sont réels. Pour ne pas aggraver votre situation, vous aurez besoin de passer un check-up chez un médecin du sport afin de vérifier votre cœur qui est la cible principale des agressions de la vie moderne.

Pour les sportifs occasionnels, le médecin souhaitera constater s’il y a un facteur de risque inhérent à leur organisme. Il leur fera passer des tests médicaux à commencer par un électrocardiogramme d’effort pour identifier la présence d’un risque d’infarctus, qui pourra être fatal le cas échéant, ou encore des analyses sanguines pour déceler tous autres risques sanitaires.

Peu importe les risques identifiés, des examens complémentaires pourront être demandés. Même avec des risques décelés, si les patients respectent les contre-indications et suivent scrupuleusement les prescriptions adaptées à leurs conditions physiques, le sport n’est plus considéré comme dangereux.

Les effets bénéfiques du sport sont nombreux sous réserve d’effectuer un bilan de santé à raison d’une fois par an et de pratiquer une activité physique régulière.

Les bienfaits de la musculation :

  • Un cœur plus fort
  • Une meilleure circulation sanguine
  • L’utilisation des graisses et des sucres améliorés
  • Bien-être pendant et après l’exercice
  • Prolongement de l’espérance de vie
Articles Complémentaires :