Accueil > Le guide des hormones > Que faut-il savoir sur les œstrogènes ?

Que faut-il savoir sur les œstrogènes ?

by Damien Cuba

Chez la femme, la dominance en œstrogènes marque l’un des déséquilibres hormonaux les plus fréquents. De même, l’excès d’œstrogènes entraine différents problèmes comme un syndrome prémenstruel (irritabilité, seins douloureux). Cela conduit aussi à des problèmes de menstruations : les règles douloureuses ou abondantes sont les plus courantes. La dominance en œstrogènes provoque en outre une ménopause difficile, un syndrome des ovaires polykystiques. Enfin, cela conduit à la formation de l’endométriose, d’un fibrome ou à une prise de poids plus ou moins importante. 

Qu’est-ce que l’œstrogène ?

Les œstrogènes constituent généralement des adénomes sexuels fondamentaux. Ils sont secrétés par le placenta, les testicules, le cortex surrénal et les ovaires. Ces hormones sont catégorisées dans le groupe des stéroïdes. Il faut distinguer trois différentes sortes d’œstrogènes naturels. Ce sont l’estrone, l’oestriol et l’estradiol. 

Chez la femme, le rôle des oestrogènes est très important. 

Ce type d’hormone est réellement déterminant dans l’apparition des aspects sexuels secondaire durant la période de la puberté. L’œstrogène assure le changement de l’anatomie de la vulve. Il est aussi responsable de la croissance des mamelons. En outre, ces adénomes peuvent intervenir dans la mise en marche de la formation du lait maternel. 

Sur le plan gynécologique, il faut dire que les œstrogènes tiennent une place majeure sur le confort du vagin. Ils servent également à la lutte contre la sécheresse vaginale. Ils permettent essentiellement d'apporter une certaine trophicité à la vulve. 

Selon les affirmations des professionnels de santé, la trophicité du vagin résulte du bon fonctionnement des lactobacilles. Elle dépend également de la flore vaginale. Ce sont les œstrogènes qui nourrissent ces éléments. 

Tout au long du cycle menstruel, la folliculine possède un taux extrêmement élevé surtout lors du moment de l’ovulation. Dans ce sens, elle assure de nombreux rôles au cours de cette période. Elle secrète de la glaire ovulatoire de bonne qualité. Celle-ci est essentielle puisqu’elle favorise le transport des spermatozoïdes vers l’ovule. Autrement dit, la glaire ovulatoire occupe une place importante lors de la fécondation. 

En outre, la présence des œstrogènes dans le corps de la femme permet de fixer les minéraux comme le calcium sur les os. De plus, cette hormone femelle contribue à l’amélioration du confort des articules. En outre, l’œstrogène produit un effet avantageux sur les vaisseaux sanguins. Ils réduisent de façon considérable le risque d’accidents-vasculaires, d’infarctus et d’athérosclérose. 

De nombreuses recherchent ont été menées par des scientifiques à propos des effets des œstrogènes sur le corps. Dans ce cadre, il a été prouvé que les avantages de la présence de la folliculine dans le corps sont non négligeables. En effet, l’œstradiol prend part à l’amélioration des fonctions cognitives. Selon les scientifiques, il contribue à la baisse de risque de maladie d’Alzheimer. 

L’effet des estrogènes sur la régulation de la température est important. C'est pourquoi ils agissent lors du traitement des hormones lors de la ménopause. En d’autres termes, la folliculine permet de supprimer entièrement les bouffées de chaleur. 

Le rôle des oestrogènes chez l’homme

Chez l’homme, l’estradiol ne dispose pas de rôle spécifique. Toutefois, il faut reconnaitre le fait que certaines boissons produisent un effet oestrogénique. Les seins hommes commencent à pousser à cause d’une forte consommation de la bière par exemple. Un excès de follicule est en effet le résultat d’une masse graisseuse considérable présente dans l’organisme. Dans certains cas, les causes de l’apparition de ces mamelons découlent d’une carence de testostérone. Ce dernier produit souvent dans le processus de soins adjuvants d’une maladie de la prostate. 

Comprendre la production des œstrogènes dans le corps

D’un point de vue scientifique, c’est le follicule, contenant de l’ovocyte, qui produit les œstrogènes. Au cours du cycle menstruel, ce sont les ovaires qui secrètent les œstrogènes. Il faut assister à l’accroissement du taux d’œstrogènes après les règles. Cela conduit en effet à l’épaississement de la muqueuse utérine. 

Le taux d’œstradiol dans le corps est également élevé avant la période de la fécondité. C’est au cours de cette période que cette hormone sexuelle de base va contribuer à la construction de la glaire ovulatoire. 

Quand le follicule devient mûr au cours de l’ovulation, il faut assister à la sécrétion d’une grande quantité d’œstrogènes. L’ovocyte sera ensuite libéré avant d’être reçu par la trompe. En cas de passage d’un spermatozoïde, cela conduit tout de suite à une grossesse. 

Lors de l’expulsion de l’ovocyte en seconde partie du cycle menstruel, le follicule se modifie en un corps jaune. C’est au cours de ce processus que va naitre la progestérone. Il faut coupler la dose de l’œstradiol à l’échographie dans le cadre des soins de l’infertilité. Ce genre d’opération sert à définir avec précision le moment propice au déclenchement de l’ovulation. Bien entendu, le taux d’estradiol et le nombre de follicules mûr doivent être proportionnels afin d’obtenir un résultat efficace. 

Quel est le taux normal d’œstrogènes ?

Selon les spécialistes en gynécologie, aucun taux normal d’œstrogènes n’existe. Autrement dit, ce taux parait habituellement très faible avant l’ovulation. Il est ensuite au plafond au cours de la période ovulatoire. Enfin, il a tendance à redescendre après l’ovulation. En moyenne, le taux d’hormones naturelles ou sexuelles chez les femmes est de 50 picogrammes. 

Une forte dominance en œstrogène conduit généralement à un grand nombre de problèmes. Cela provoque tout d’abord à l’accroissement du risque de formation de l’endométriose ou des fibromes. Un excès d’estradiol conduit également à la sensation de fatigue importante et des maux de tête. Enfin, cela produit des douleurs plus ou moins intenses au niveau des mamelons. Chez de nombreuses personnes, surtout les femmes, un taux d’œstrogènes trop élevé augmente la masse corporelle. 

Jusqu’à présent, il parait assez difficile de réduire le taux d’œstradiol en cas de surcroît. Pour trouver l’équilibre, il est d’usage d’ajouter une quantité plus ou moins importante de progestérone. Il est en outre envisageable de réguler les estradiols en homéopathie. Pour cela, le fait de donner du folliculinum en forte dilution est efficace pour réguler le taux d’œstrogènes. 

Dans ce cas, il faut que cela n’excède pas les 15 ch. Par contre, le professionnel procède à l’augmentation de la progestérone en fonction du cas qui se présente. Il administre à son patient du lutécium en faible dilution. Cette fois-ci, le dosage appliqué ne doit pas dépasser les 5ch. 

La production d’œstrogènes peut toujours avoir lieu même après la ménopause. Ce phénomène est très fréquent chez les individus ayant un massage graisseux considérable. Cette fois-ci, il est assez difficile pour la progestérone d’assurer l’équilibre. La persistance des estradiols lors de cette période stimule en effet le tissu de l’endomètre. Celle-ci risque d’acquérir une épaisseur, d’où l’énorme risque d’atteinte au cancer de l’endomètre. 

Que faut-il savoir sur le manque d’œstrogènes ?

Divers troubles se manifestent lors de la ménopause. Vous pouvez dans ce cas subir des troubles de l’humeur, d’une prise de poids, des troubles vaginaux. Mais il faut également citer la sécheresse vaginale, les bouffées de chaleur. Chez certains sujets, la carence en œstrogènes accroit le risque d’ostéoporose. 

Le manque d’estradiol peut être comblé grâce au soin hormonal. Il s’agit d’un traitement spécifique et réservé aux femmes ménopausées. Ce traitement vise à administrer à la patiente des hormones naturelles par voie percutanée ou orale selon le cas. La carence en estradiol affecte légèrement sur la libido même si celle-ci est assurée en grande partie par un autre type d’hormone. 

Les gynécologues ne dosent pas le taux d’estradiols en routine. Cela ne produit aucun effet. Par contre, il est possible de déterminer son taux d’œstrogènes uniquement dans certains cas. Cela peut s’effectuer durant la menstruation dans l’anorexie psychologique ou en cas de symptômes d’hypo oestrogénie. Cela peut se réaliser aussi si la femme suit un soin particulier. 

Pour ce qui est de la dose de l’estradiol, celle-ci s’effectue selon les indications du médecin. Elle peut se faire en effet soit en début du cycle menstruel. Certains gynécologues l’effectuent au moment du contrôle de la stimulation de l’ovulation en période pré-ovulatoire. D’autres décident de la réaliser dans une analyse d’ovaires polykystiques ou d’infertilité. 

Le dosage d’oestrogènes peut être envisageable en cas d’aménorrhée en vue d’estimer le taux d’estradiol. Cela peut se faire pour raison d’anorexie chez la femme durant les règles. Cette opération s’effectue sans être à jeu et par un prélèvement de sang. 

Quels traitements appliquer en cas de manque d’œstrogènes ?

Dans le cas d’un manque d’estradiol dans le corps, de nombreuses possibilités existent pour faire augmenter le taux de ces hormones. S’il est question d’un individu anorexique, l’administration d’un traitement hormonal de la ménopause est conseillée. Le fait d’administrer des médicaments comme la pilule peut aussi faire l’affaire. 

L’œstrogène naturel est à privilégier dans les cas d’insuffisances en estradiol. La plupart de médecins autorisent dans ce sens l’adoption des 17 Bêta œstradiol. Ce remède, sous forme de patch ou de gel, est idéalement adopté par voie transcutanée. Lors d’opération, il faut veiller à ce que le médicament ne dérange pas les agents de coagulation. Il faut aussi qu’il ne touche pas le foie en vue de ne pas accroitre le risque de phlébite. 

Par contre, l’utilisation des huiles essentielles nécessite une énorme vigilance. Certains produits présentent tout de même des effets oestrogéniques. L’usage des huiles essentielles est de ce fait déconseillé en cas de cancer de l’endomètre ou de cancer du sein. 

Astuces simples et pratiques à adopter pour équilibrer les hormones naturelles

De nombreuses techniques sont efficaces pour équilibrer les œstrogènes de façon naturelle. En effet, la pratique de sport (la cardiotraining ou la musculation) vous permet de vous sentir mieux. S’ajoutent à cela, le choix d’un style de vie adapté et une alimentation équilibrée. Voici en effet quelques idées intéressantes qui pourraient vous aider à diminuer le taux d’œstrogènes dans le corps.

Favoriser la consommation des aliments riches en protéines 

La stabilité du taux de sucre dans le corps marque l’un des principaux piliers de la santé des hormones. Les bas et les hauts de la glycémie entrainent un stress corporel qui conduit ensuite à de nombreux problèmes. Parmi les soucis les plus reconnus, la fatigue, l’acné et la prise de poids sont très fréquentes. 

Si vous avez tendance à consommer des produits sucrés, cela peut affecter la production de glandes. Cela influence également sur des conditions comme le signe des ovaires polykystiques. Il faut savoir que les glucides sont associés intimement à l’estradiol. 

Divers facteurs entrainent les problèmes liés à la glycémie. Il peut s’agir en effet du stress des hormones surrénales, de l’irritabilité, des sauts d’humeur. La consommation des aliments riches en protéines est fortement conseillée. Les produits comme les tempeh, le tofu, les œufs, le poisson et la viande contiennent des protéines. Le fait de les introduire dans votre régime nutritionnel stabilisera le taux de sucre. Vous pouvez également manger des pois chiches, des haricots, des lentilles. 

Consommer des légumes crucifères

Le foie marque également un autre élément fondamental de stabilisation des hormones dans le corps. Autrement dit, le foie est capable de détoxifier les glandes. Cet organe est chargé de l’absorption et de la filtration de tous les éléments ingérés par l’organisme. Il assure en outre l’élimination des toxines et des déchets. 

Le foie transforme les œstrogènes, synthétiques ou naturels. Ces derniers sont ensuite éliminés par les urines et les selles. Les estradiols circulent dans le sang lorsque le foie ne fonctionne pas de façon optimale. Pourtant, cela entraine l’augmentation du taux de cette hormone dans le corps. 

La capacité du foie à changer les œstrogènes sera soutenue par la consommation des légumes crucifères. Dans ce cas, vous pouvez consommer les radis, la roquette, le cresson, le chou de Bruxelles. Introduisez aussi les choux, le brocoli et le chou-fleur dans votre alimentation. 

Consommer des glucides complexes

En général, les œstrogènes contenus dans le corps devraient être éliminés par les urines et les selles. Le remplacement des glucides simples par des éléments complexes contribue à la stabilité des hormones. Sachez que les glucides complexes sont riches en nutriments et en fibres. Ils rendent également le transit intestinal facile. 

Il est en outre important d’incorporer les denrées comme les lentilles, les céréales complètes dans votre régime alimentaire. Dans cette optique, vous pouvez également consommer des nutritions comme les carottes, les patates douces, les flocons d’avoine, le quinoa. 

Les légumes-racines, les courges et les betteraves sont aussi des aliments complets responsables de la régulation de la glycémie. Les substances renfermées dans ces produits participent à la réduction de l’anxiété et des sauts d’humeur. 

Incorporer des éléments phytoestrogéniques dans votre quotidien

Les phytoestrogènes représentent des composants naturels contenus dans certaines nourritures d’origine végétale. Ces composés correspondent généralement aux estradiols du corps. Cependant, leurs effets paraissent assez doux. De nombreuses études avancent que les phytoestrogènes participent à la régulation des hormones. Ils ont la capacité d’exercer une activité oestrogénique faible et moduler la dominance des estradiols.

Les phytoestrogènes sont parfois employés dans le cadre du traitement des problèmes associés à la ménopause. Vous pouvez consommer divers aliments contenant des substances phytoestrogéniques. Cela peut être de l’ail, des oignons, des brocolis, des lentilles, de potiron. Les graines de tournesol, de sésame ou de lin et le soja sont riches en phytoestrogènes.

Ne pas s’exposer au bisphénol A, aux phtalates, aux parabènes

Le bisphénol A, les phtalates est les parabènes sont appelés xénooestrogènes dans le jargon scientifique. Il est possible de les trouver dans l’environnement, notamment dans les emballages alimentaires, les cosmétiques. Ils sont aussi présents dans certains produits laitiers, les viandes, les herbicides, les pesticides. Ces éléments troublent la stabilité hormonale. 

Le fait de trop s’exposer à ces substances conduit à un accroissement de la charge en matière d’hormones dans l’organisme. Pourtant, il faut noter que cela impacte directement sur le mécanisme endocrinien. Bien entendu, ces composés ne sont pas bénéfiques pour le corps. 

Une énorme quantité d’estradiols dans l’organisme est parfois associée à des cancers hormonaux. Pour cela, vous devez manger des aliments biologiques dans le but de diminuer votre exposition aux hormones et aux pesticides. De même, il est important de limiter l’usage des composés chimiques dans les produits de nettoyage et cosmétiques. 

Maitriser son stress

De nombreux facteurs activent généralement l’augmentation du niveau de stress. Cela peut être dû à la surcharge de travail, à des problèmes personnels, et bien d’autres encore. Cela contribue généralement à la production excessive d’hormones, y compris les œstrogènes. Votre corps est exposé à un danger direct, ce qui accentue la production de noradrénaline, d’adrénaline et de cortisol. 

Lorsque le sentiment de stress est devenu chronique, cela exacerbe la production d’estradiol. Les hormones se trouvent en état de déséquilibre. Des exercices comme la sophrologie, le yoga et la méditation contribuent à une bonne gestion de stress. Cela favorise également un parfait équilibre hormonal.

Le mode de vie et les choix en matière d’alimentation ont un effet direct sur le bien-être d’une personne. Cela peut concerner le bien-être psychique et physique. Afin de réduire le taux d’œstrogènes et stabiliser les hormones, diverses solutions existent. Il est possible en effet de privilégier la consommation des aliments crucifères. Vous pouvez également diminuer votre consommation de nourritures sucrées. Sachez qu’un équilibre hormonal est excellent pour garder la forme.  

 

Dans le même thème (soeur):

Bien dormir pour stimuler les hormones régulatrices de perte de poids

Tout savoir sur les principales hormones du corps humain et leurs effets

L’hormone leptine et la régulation de masse corporelle

Stress et musculation : Tout sur le cortisol !

Comment secréter le plus d’hormone de croissance possible ?

Que faut-il savoir sur les œstrogènes ?

Tour d’horizon sur l’insuline et son utilisation en musculation

Testostérone : son pouvoir sur la masse musculaire

L’endorphine, un véritable anti-stress naturel